Le nouvelles formes de mobilité urbaine

Mobilité urbaine: panorama des nouvelles formes de transport

Dans les villes, les modes de déplacement des citadins ont beaucoup évolué, et sont encore en train de changer. De nouvelles formes de mobilité urbaine apparaissent, et impactent le monde d’un point de vue économique, social et environnemental. Faisons le point sur ces nouvelles formes de mobilité urbaine.

Qu’est-ce que la mobilité urbaine ?

La mobilité urbaine, comme son nom l’indique, concerne essentiellement les villes, et plus particulièrement les grandes métropoles. Mais définissons plus précisément ce concept de mobilité urbaine.

Définition de la mobilité urbaine

 

La mobilité urbaine fait référence aux déplacements des personnes dans les villes. Elle se concentre donc sur un périmètre urbain restreint, et ne concerne pas la mobilité interurbaine (déplacements d’une ville à une autre) ou la mobilité rurale. Tous les modes de transport présumant un dépassement des limites de la ville sont donc exclus de la notion de mobilité urbaine, comme c’est le cas du train, de l’avion, ou encore du bateau. 

 

La mobilité urbaine porte alors sur le flux des déplacements au cœur d’une seule ville, et comprend les trajets quotidiens et récurrents des habitants, que ce soit pour aller au travail, pour faire ses courses, ou pour le loisir.

Mobilité urbaine

La mutation de la mobilité urbaine

Ces dernières années, la mobilité urbaine a pris un autre visage. Entre l’engagement environnemental des dirigeants et des citoyens, les modes de travail différents (télétravail), et la diversification de l’offre de transport, les usagers se tournent désormais vers de nouveaux moyens de locomotion. Les avantages pour les citadins sont nombreux :

    • Réseau plus fluide et désengorgement des centres-villes ;
    • Stationnement plus facile ;
    • Pollution moindre ;
    • Vie des usagers simplifiée…

Il faut noter cependant que l’utilisation de la voiture et des transports en commun classiques (métro, bus, tramway…) restent majoritaires.

Des modes de déplacement individuels plus engagés

La mobilité urbaine traduit inévitablement un usage moins fréquent du véhicule personnel et de l’autosolisme. Cela contribue donc, indirectement, à se tourner également vers une mobilité douce, soucieuse de l’environnement et de la santé des gens. Ainsi, les adeptes de la mobilité urbaine adoptent des modes de transport certes individuels, mais plus engagés.

La trottinette électrique pour circuler en ville

Alliant puissance, autonomie et ergonomie, la trottinette électrique connaît un véritable succès en ville. Elle permet de se déplacer rapidement dans toute l’agglomération, sans souffrir des embouteillages, et en ayant très peu d’impact sur l’environnement. De nombreuses villes proposent aujourd’hui un service de trottinettes électriques en libre-service

L’hoverboard et gyroroues

Avec leur allure de véhicules du futur, les monocycles et hoverboards séduisent les citadins. Ce moyen de déplacement individuel est parfaitement adapté à une utilisation en ville, et se veut particulièrement léger, autonome et rapide. La micromobilité s’installe dans les centres-villes, autant pour son aspect pratique que ludique.

La marche, le skate, le roller, le vélo

Les modes de déplacement doux prennent eux aussi de l’ampleur ces dernières années. La marche et le vélo restent les moyens de locomotion les plus utilisés en ville et le vélopartage connaît un véritable succès. Ces modes sont particulièrement intéressants pour les petites distances.

Le skateboard et le roller restent marginaux, mais sont pourtant véritablement engagés pour la mobilité douce.

Mobilité urbaine

La mobilité partagée au service de la mobilité urbaine

Toutes les mobilités sont indéniablement liées entre elles, et chacune a des répercussions sur les autres (positives comme négatives). Concernant la mobilité partagée, elle s’avère être un véritable allié de la mobilité urbaine, car elle limite l’usage des moyens de transports individuels.

Le covoiturage et l’autopartage

Nous l’avons vu, l’usage de la voiture reste encore très majoritaire dans les villes. Cela ne signifie pas pour autant qu’aucune démarche ne soit entreprise de ce point de vue en faveur de la mobilité urbaine. Le covoiturage et l’autopartage sont des moyens de mobilité partagée qui agissent en faveur de la réduction des voitures individuelles, et de l’engorgement des centres urbains. 

Ainsi, avec le covoiturage, le conducteur choisit sa destination, et invite d’autres usagers à partager sa voiture avec lui le temps de ce trajet. Tandis que l’autopartage consiste à mettre à disposition une voiture en free floating ou en boucle (soit on laisse la voiture à son point d’arrivée, soit on la ramène au point de départ). L’autopartage permet alors aux citadins de profiter d’une voiture sans avoir à en acheter une.

Le Transport à la demande au coeur de la ville

Le Transport à la Demande (TàD), tel que Padam Mobility le propose, agit de manière différente en faveur de la mobilité urbaine. C’est plutôt à travers une mobilité inclusive, où les besoins de tous sont pris en compte (personnes à mobilité réduite, personne travaillant de nuit), que le TàD intervient. 

Par ailleurs, le Transport à la Demande permet aux ruraux et périurbains de se rendre en ville sans saturer les axes routiers. Il offre ainsi la possibilité de laisser le véhicule personnel au garage pour se rendre aux abords des grandes villes, et ensuite laisser le choix aux usagers d’utiliser le mode de transport de leur choix.

Mobilité urbaine : une approche multimodale

L’étude des déplacements quotidiens des gens est de plus en plus complexe. Si jusqu’alors on estimait qu’un déplacement d’un point à un autre était unique, il est aujourd’hui nécessaire de prendre en compte toutes les étapes nécessaires pour effectuer ce même trajet. Car désormais, de nombreux éléments viennent compliquer les transports, et les déplacements s’effectuant avec un seul moyen de transport, sur une seule trajectoire, deviennent rares. Bien souvent, l’éloignement entre le domicile et le lieu de travail incite les individus à faire des détours, et optimiser leurs déplacements. Il n’est pas rare alors, qu’avant de se rendre au travail, on dépose les enfants à l’école, on s’arrête au drive récupérer les courses, on passe à la boulangerie acheter le déjeuner de midi… 

Si beaucoup de ces trajets se font en voiture, de nombreux usagers empruntent plus d’un moyen de transport pour les faire. La multimodalité est donc un élément central de la mobilité urbaine, et chaque déplacement d’un point A à un point B ne doit plus être considéré comme unique, mais doit prendre en compte tous les modes de déplacement utilisés.

Conscient des enjeux de la mutation de la mobilité urbaine, Padam Mobility contribue aux changements en proposant un service de Transport à la Demande engagé.

ghita@padam.ioLe nouvelles formes de mobilité urbaine
Nous contacter

Autres articles

mobilité rurale
TPMR : les enjeux du Transport de Personnes à Mobilité Réduite Selon une ...
En savoir plus
mobilité périurbaine
Digitalisation des transports : enjeux et nouvelles solutions En peu de temps, l’essor ...
En savoir plus
Compétence mobilité : comment les territoires l’obtiennent et la gèrent ? La loi ...
En savoir plus
mobilité périurbaine
Les défis de la mobilité périurbaine Les nouveaux modes de vie et l’organisation ...
En savoir plus